Nîmes : Juan Bautista en pleine préparation de son solo pour la Feria de Pentecôte

Par Christophe Chay | publié le 17/05/2017 à 17h19

Le 4 juin 2017, Dimanche de Pentecôte, le matador de toros français Juan Bautista effectuera un geste rare : défier en solitaire six toros sur le sable des arènes de Nîmes. Une corrida qui sera l'une des étoiles de la prochaine édition de la Feria de Pentecôte, où l'on célébrera le quarantième anniversaire de la prise d'alternative de Christian Montcouquiol « Nimeño II », l'une des icones de la tauromachie française, statufiée depuis 23 ans sur le parvis de l'amphithéâtre romain. Par le passé, Jean-Baptiste a déjà été annoncé en solo quatre fois en tant que matador professionnel (Les Saintes-Maries-de-la-Mer, 2009 ; Istres, 2013 ; Arles, 2014 ; Palavas-les-Flots, 2016) et une fois comme novillero (Saint-Sever, 1999).

Un exercice qui a fréquemment souri au torero arlésien, du fait de la variété de son toreo dans les trois phases de la lidia, avec cape, banderilles, muleta et épée. Pour son premier solo nîmois, Juan Bautista souhaite écrire une nouvelle page d'histoire dans une arènes qui a énormément compté tout au long de sa carrière : de ses débuts triomphaux de l'hiver 1999 avec la grâce du novillo « Tanguisto », de Yerbabuena, jusqu'à la dernière Feria des Vendanges qui l'a vu sortir en triomphe à deux reprises par la Porte des Consuls, Jean-Baptiste Jalabert a fait de Nîmes l'une de ses arènes de prédilection. Les statistiques et les chiffres parlent pour lui : 31 paseos, 51 oreilles, 2 queues, 11 sorties en triomphe par la Porte des Consuls.

Pour ce nouveau défi, Juan Bautista sera opposé à six toros issus de six élevages différents, dont l'histoire est liée à des moments importants de l'histoire des arènes de Nîmes ou de la carrière du torero arlésien : Parladé (élevage du toro gracié par José Tomás en 2012), Pedraza de Yeltes (première pour Juan Bautista et présentation de cet élevage aux arènes de Nîmes), Capea (porte des Consuls acquise en 2012 par Juan Bautista face à cette ganadería), La Quinta (élevage qui a fourni le toro « Golosino », lors du solo de Juan Bautista à Istres, en 2013), Garcigrande (élevage qui a fourni le toro « Lanero » gracié par Javier Conde aux arènes de Nîmes le 29 mai 2009) et Jandilla (ganadería associée au solo de Paco Ojeda aux arènes de Nîmes, le 22 septembre 1984). Un événement d'importance, mis en affiche et en costume de lumières par Christian Lacroix, commenté par le principal intéressé, depuis sa propriété de Fourques (30), où il s'entraîne quotidiennement.

Interview : Jean-Baptiste Jalabert « Juan Bautista » (matador de toros).

0 Commentaire(s)

Publier un commentaire

Laisser un commentaire

Se connecter